1-855-686-0009 (Sans frais)
Les clients nous évaluent 9/10

QU’EN EST-IL DE LA BALLE ?

QU’EN EST-IL DE LA BALLE ?

Depuis la saison 2016, les circuits sont frappés à un rythme record dans la MLB. Est-ce que les balles modernes sont à l'origine de cette hausse?

De tous les produits disponibles dans nos trois succursales Baseball Town, l’un d’eux fait couler beaucoup d’encre en ce début de saison 2019 des Ligues majeures : la ROMLB. C’est la balle officielle de match dans la MLB, fabriquée par Rawlings (https://www.baseballtown.ca/fc/romlb-baseball-ball-unite.html).


C’est indéniable. Les balles sortent des stades de la MLB à une cadence sans précédent… Et plus loin que jamais !


Les preuves empiriques abondent : les circuits sont frappés à un rythme record de 2.62 par match en date du 30 avril, une augmentation de 12% par rapport à 2018; la moyenne de distance des circuits est de plus de 400 pieds pour la première fois depuis l’avènement de Statcast, et; deux des quatre joueurs (c’est 50%) dans l’histoire de la MLB à obtenir 14 longues balles avant le 1 er mai ont réussi l’exploit cette saison (Christian Yelich et Cody Bellinger). De plus, rappelons qu’il a fait froid en avril, loin des conditions optimales pour faire voyager la balle!


La question se pose : la MLB a-t-elle intentionnellement « dopé » la balle, comme le suggèrent plusieurs observateurs ? Le commissaire Rob Manfred ne cesse de répéter que leurs tests n’ont révélés que des différences négligeables entre les balles utilisées jusqu’en 2015 (la folie des circuits semble avoir pris forme en 2016) et celles en vigueur depuis 2016 (que nous nommerons balles modernes).


Une étude indépendante menée par les auteurs en science du sport Rob Arthur et Tim Dix, pour le compte de FiveThirtyEight.com, vient contredire Manfred (pour plus de détails : https://fivethirtyeight.com/features/juiced-baseballs/). Le rapport fait état de variances subtiles dans la composition du noyau des deux groupes de balles étudiées. De légères différences ont aussi été remarquées sur la partie visible (surface) des deux échantillons de balles.


L’analyste et ex-lanceur Rick Sutcliffe faisait récemment état de la texture distincte de la balle moderne. Il est convaincu que celle-ci est plus lisse au touché que celles qu’il manipulait lorsqu’il jouait, ajoutant que les coutures sont moins relevées, donc plus difficiles à ressentir.


L’étude de FiveThirtyEight en vient à la conclusion que la combinaison d’une balle plus légère (0.5 grammes en moins, grâce à un noyau moins dense), plus compacte, plus lisse et rebondissante, donc offrant moins de résistance lors de l’envol, pourrait potentiellement rajouter une moyenne de 8.6 pieds à un ballon frappé selon un angle maximal.


Même les sceptiques les plus assidus ne peuvent ignorer la statistique la plus convaincante supportant la théorie de la balle « dopée ». Avant la présente saison, la MLB a pris la décision de changer la balle utilisée dans le niveau AAA. Ces ligues sont passées des balles des ligues mineures (fabriquées en Chine) aux balles des Ligues majeures (la ROMLB, fabriquées au Costa Rica selon des standards distincts). Le résultat au 30 avril : une hausse de 41.7% dans le nombre de circuits!


Prouver que la direction de la MLB (et/ou Rawlings) a intentionnellement modifié les balles reste un exercice complexe. Mais il suffit de se rappeler le fameux duel de bombes entre Sosa et McGuire qui ramenait les partisans dans les sièges, faisait grimper les cotes d’écoute et reléguait le lockout de 1994-95 aux oubliettes pour y voir un motif valable à tenter de manufacturer de la puissance. Après tout, comme le disais si bien Greg Maddux dans l’inoubliable publicité des années ’90 : “Chicks dig the long ball!” (« Les filles adorent la longue balle! »).


Le fait que plus de circuits sont frappés n’est pas nécessairement néfaste pour le baseball, mais la balle moderne semble avoir également généré une hausse des retraits au bâton et des buts sur balles. Si la balle est expulsée du bâton à une vitesse plus élevée, il est logique de croire qu’elle prend aussi moins de temps à se rendre de la main du lanceur jusqu’au marbre. Les artistes du monticule, tels le nommé ci-haut Maddux, sont une espèce en voie de disparition. C’est un nouveau monde, celui de l’effort maximal.


Si la balle moderne faisait bel et bien partie d’un plan, laissez-moi vous poser cette question Mr Manfred :


Considérant vos efforts récents ayant pour but de raccourcir la durée des matchs, est-ce vraiment une stratégie appropriée ?

Commentaires

Écrivez le premier commentaire...

Laisser un commentaire
* Votre adresse courriel ne sera pas publiée
* Champs obligatoires
En visitant notre site, vous acceptez l'utilisation des témoins (cookies). Ces derniers nous permettent de mieux comprendre la provenance de notre clientèle et son utilisation de notre site, en plus d'en améliorer les fonctions. Masquer ce message En savoir plus sur les témoins (cookies) »
Livraison gratuite à partir de 150$
1-855-686-0009 (Sans frais)
Les clients nous évaluent 9/10