1-855-686-0009 (Sans frais)
Livraison rapide
Retours facile

LES SÉRIES MLB 2020

  • Publié le
  • Par Carl Lemelin
  • 0
LES SÉRIES MLB 2020

Image de All-Pro Reels

Brandon Lowe est le meneur à l'attaque d'une équipe qui a tout pour remporter la Série mondiale masquée.

 

Wow ! Cette saison écourtée a été aussi frénétique que prévue. La course aux séries dans la Nationale nous a tenu en haleine jusqu’à la toute fin. Les champions en titre Nationals ont grandement déçu. D’autres formations comme les Mets, Brewers, Red Sox et Angels ont performées en deçà des attentes.

À l’opposé, les Marlins, Giants et Blue Jays ont démontré que dans une saison de 60 matchs, la jeunesse pouvait s’affirmer, à condition d’obtenir de bonnes performances au monticule.

Maintenant le vrai party commence, avec un tout nouveau format en séries qui inclus 8 équipes dans chaque ligue et, tenez-vous bien… des 2 de 3 en première ronde !

BREF RETOUR EN ARRIÈRE

Avant de parler de ce qui pourrait arriver, évaluons à quel niveau ma vision de la saison d’il y a deux mois, lors d’une année sans pareil, se rapproche de la réalité. Si vous vous rappelez, j’ai exposé mon aperçu de la saison sur ce même blog en juillet dernier.

Dans la L.N., je plaçais les Mets et Nationals en séries au lieu des Cubs et Marlins. Le groupe de jeunes lanceurs des Marlins leur a permis de survivre in extremis le sprint de 60 matchs et les Cubs ont remporté le championnat d’une division ultra compétitive qui a vu 4 de ses 5 équipes se qualifier pour la dance d’automne.

Quant aux Mets et Nats, des enclos sous performants et quelques blessures importantes aura atterré leurs espoirs.

Dans la L.A., les choses se sont généralement déroulés selon le scripte que j’avais étalé, si on fait exception de l’implosion des Angels, qui ont laissé libre cours aux Jays de « Buffalo » pour les remplacer en séries. Mon bilan fut donc de 13 en 16 quant aux participants en phase éliminatoire. Pas mauvais.

Les facteurs prédominants que j’avais identifié pour connaître du succès en cette saison abrégée se sont avérés être véridiques : force des adversaires, profondeur et qualité des enclos. J’ai peut-être négligé l’importance des jeunes joueurs talentueux, ce qui a permis aux Jays et Marlins d’accéder aux séries, mais ce facteur peut également être incorporé dans l’aspect profondeur.

Quoi qu’il en soit, la leçon qu’on peut tirer de l’exercice est que lorsqu’on tente de prédire l’avenir, il est primordial de bien identifier les facteurs d’influence majeurs sur les résultats. C’est donc là que je vais commencer pour mon aperçu des séries.

UNE FORMULE ÉLIMINATOIRE DÉFAILLANTE

Je dois débuter en exprimant mon désaccord avec le système que la MLB a choisi d’employer pour ces séries 2020. Je comprends le besoin d’ajouter 6 équipes au format dans la situation particulière actuelle : certaines équipes qui ne faisaient pas partie des séries conventionnelles après 60 matchs auraient eu la chance de revenir de l’arrière lors d’une saison de 162 matchs, générer de l’intérêt pour un plus grand nombre d’équipes dans la course en septembre et plus de situations dramatiques à vendre aux diffuseurs, à défaut de pouvoir vendre des billets.

Là où je dois m’opposer, c’est quand on diminue l’importance de la saison régulière en jouant des séries 2 de 3 en première ronde. Le baseball a toujours été le sport qui accorde la plus grande valeur à sa longue saison (seulement 1/3 des équipes se qualifient pour le tournoi éliminatoire). Et vous me dites maintenant que les Dodgers (43-17) pourraient être éliminés au premier tour par une formation des Brewers qui n’a même pas su jouer pour .500 (29-31), simplement en perdant 2 matchs sur 3 ?

Ce n’est pas juste et très difficile à prévoir. Le baseball est un sport qui demande un échantillon de matchs significatif afin de déterminer la meilleure formation. Des laisser-passer en deuxième ronde auraient dû être accordés à tous les champions de divisions et un quatrième as dans chaque ligue. Je vais donc mettre un bémol à toutes mes prédictions, citant l’incertitude absolue lors de cette folle première ronde.

ET MA BOULE DE CRISTAL DIT…

Mais puisqu’il faut bien que je vous donne de quoi lire, commençons par énumérer les facteurs-clé du succès en séries :

  • Les bons bras éclipsent les gros bâtons : Puisque tous les clubs médiocres sont éliminés et que les équipes utilisent davantage leurs meilleures options au monticule, nous voyons régulièrement les lanceurs battre les frappeurs en octobre. Ce qui a changé récemment est le nivelage des manches lancées entre partants et releveurs, ce qui met d l’avant la M.P.M. globale comme statistique prioritaire;
  • La défensive en support des lanceurs : Même si le sport voit de moins en moins de balles en jeu, les alignements actifs en séries sont plus susceptibles de faire contact, ce qui accentue l’importance des gants en support aux artilleurs. L’efficacité en défensive est donc une statistique à surveiller;
  • Pas d’avantage à domicile : Après la ronde initiale, la MLB a choisi le concept des bulles, signifiant qu’aucune équipe n’évoluera dans son stade local.

Puisque la première ronde sera brève, je ferai de même avec mes choix :

L.N. : LAD bat MIL (alignement tout-étoile des Dodgers), SDP bat STL (bras et gants équivalents, mais avantage indéniable aux SDP à l’attaque), MIA bat CHC (serré, mais avantage aux Poissons sur la butte, malgré l’inexpérience), ATL bat CIN (encore serré, mais l’attaque explosive des Braves devrait venir à bout des très bons partants des Reds).

L.A. : TBR bat TOR (#3 vs #17 M.P.M. dans la MLB), CLE bat NYY (#2 vs #14 M.P.M.), MIN bat HOU (la perte de Verlander trop lourde à surmonter pour la formation que tous aiment détester), OAK bat CHW (l’expérience et l’emphase sur l’analytique procurent un très léger avantage aux A’s).

Je vois le « Dream Team » des Dodgers écraser les Padres pour se rendre en série de championnat contre les Braves, qui eux devraient ne faire qu’une bouchée des surprenants, mais inexpérimentés Marlins. Voilà une NLCS à pointages élevés durant laquelle le groupe de lanceurs #1 du « Blue Crew » devraient transporter L.A. vers une autre Série mondiale.

Dans l’Américaine, les Rays et leur usage rusé d’un groupe complémentaire d’excellents lanceurs viendront à bout de Cleveland, qui n’a pas remplacé Mike Clevenger. Ils rencontreront en ALCS leurs cousin de « Sabermetrics », les A’s d’Oakland, qui eux emploieront leur maîtrise des statistiques avancées pour battre le puissant alignement des Twins. Finalement, les Rays remporteront la guerre des cerveaux et feront face aux Dodgers à Arlington pour les grands honneurs.

Je reste avec ma prédiction initiale d’il y a deux mois ! Kevin Cash est un génie quant à la gestion de son enclos des releveurs extrêmement polyvalent et diversifié. L’alignement des Rays n’est peut-être pas riche de gros noms, mais de 1 à 9 ils livrent tous une bonne bataille à chaque apparition et ajustent bien leur approche en cours de match. C’est ce qui leur permettra de faire subir une autre amère défaite aux Dodgers en Série mondiale.

*Ce blog a été écrit le 29 septembre, avant le début des séries de la MLB.

 

Que pensez-vous du nouveau format des séries ? Qui voyez-vous remportera la Série mondiale ? Partagez ici-bas vos opinions sur cette saison éliminatoire excitante et unique.

Commentaires

Écrivez le premier commentaire...

Laisser un commentaire
* Votre adresse courriel ne sera pas publiée
En visitant notre site, vous acceptez l'utilisation des témoins (cookies). Ces derniers nous permettent de mieux comprendre la provenance de notre clientèle et son utilisation de notre site, en plus d'en améliorer les fonctions. Masquer ce message En savoir plus sur les témoins (cookies) »
Livraison gratuite à partir de 150$
1-855-686-0009 (Sans frais)
Livraison rapide
Retours facile