Économisez 10% sur tous les produits en devenant membre premium
1-855-686-0009 (Sans frais)
Livraison rapide
Retours facile

ÉTAT DES FORCES DE LA MLB À LA MI-SAISON

  • Publié le
  • Par Carl Lemelin
  • 0
ÉTAT DES FORCES DE LA MLB À LA MI-SAISON

Photo de KeithAllisonPhoto.com
Nous dressons le portrait de la MLB et évaluons les chances de succès de chaque équipe en deuxième moitié… Et surtout en octobre.

 

Nous sommes à mi-chemin de la saison 2021 de la MLB, donc l’information accumulée nous permet d’évaluer les chances de chaque équipe de se rendre jusqu’au bout en octobre. Ce classement des forces en présence est basé sur les probabilités pour chacune des formations de soit : remporter la Série Mondiale, faire les séries ou d’améliorer leurs chances d’y accéder au cours des prochaines années.

Le niveau de compétition au sein de la division peut donc être un facteur important qui affecte ces probabilités, alors prenez note que ce classement n’est pas une pure représentation de la force de chaque alignement comme la plupart des autres que vous pouvez retrouver ailleurs.

J’aime bien me fier aux statistiques (celles des équipes cette saison) pour justifier mes opinions et les chances d’amélioration ou de régression en prenant en considération les blessures, les performances en dessous ou en deçà des attentes, qui peuvent tous avoir un impact sur le maintien de la tendance actuelle.

J’ai choisi 5 statistiques d’équipe majeures qui ont servi à établir le classement (à droite du nom de l’équipe dans l’ordre, le rang MLB entre parenthèses) : différentiel des points marqués, OPS d’équipe, MPM d’équipe, WHIP des releveurs et efficacité défensive d’équipe*. Celles-ci couvrent tous les aspects du jeu. Puisque je crois que les trois dernières sont les plus importantes quant au succès en séries, je tends à leur donner plus de poids lorsque je considère deux franchises de valeur comparable.

*Statistiques en date du 7 juillet

L’ÉLITE…

1- ASTROS DE HOUSTON +141 (1) - .792 (1) – 3.61 (8) – 1.31 (14) - .724 (1)

Les puristes n’approuveront pas, mais les ‘Stros ne sont pas bons strictement parce qu’ils savent frapper sur des poubelles. Jose Altuve a retrouvé sa touche, Yordan Alvarez s’est clairement remis de sa guigne de la deuxième année en 2020, Zach Greinke continue de trouver toutes sortes de façons créatives d’obtenir des retraits, Lance McCullers Jr est devenu un vrai ace et, surtout, les Astros accomplissent les jeux en défensive mieux que n’importe qui. Ah oui, et Alex Bregman ne s’est même pas réellement mis en marche encore.

2- RAYS DE TAMPA BAY +78 (6) - .713 (15) – 3.55 (7) – 1.17 (3) - .710 (7)

Les défendant champions de l’Américaine le font à leur façon bien unique, mais ils ont prouvé que ça fonctionne, année après année et sans aucune véritable vedette comme meneur. L’enclos est muni à bloc comme toujours, offrant aux frappeurs un look complètement différent presqu’à chaque apparition. Le gérant Kevin Cash est un génie et malgré le fait que la philosophie de franchise est basée sur les statistiques avancées, ils demeurent flexibles, innovateurs et imprévisibles dans leur approche pour chaque match.

3- DODGERS DE LOS ANGELES +116 (2) - .745 (10) – 3.17 (1) – 1.28 (11) - .714 (3)

Que se passe-t-il avec l’ex-joueur le plus utile Cody Bellinger ? Son jeu explique à lui seul le fait qu’on ne peut classer les favoris au consensus en début de saison au premier rang de ce classement. Les Dodgers sont encore l’équipe à battre dans la Nationale, mais Mookie Betts et l’enclos devront également voir leur niveau de production s’accélérer si les champions de la Série Mondiale veulent répéter l’exploit. Les développements légaux dans l’affaire Trevor Bauer seront aussi un facteur non-négligeable quant aux espoirs des bleus.

4- GIANTS DE SAN FRANCISCO +106 (3) - .759 (4) – 3.28 (2) – 1.11 (1) - .724 (2)

Semblable aux Rays, il est difficile de saisir la qualité réelle de cette formation de la Baie simplement en examinant l’alignement. Les Giants sont une équipe complète, la seule à se classer dans le top 10 des 5 catégories statistiques considérées ici… et ils sont top 5 dans chacune d’elles !!! Ceci malgré le fait que leur meilleur frappeur de l’an dernier, Mike Yastrzemski, connaisse présentement beaucoup d’ennuis au bâton. Deux saisons consécutives à être reconnu comme une belle surprise, ça ne peut plus être une surprise, non ?

5- PADRES DE SAN DIEGO +77 (7) - .731 (12) – 3.40 (5) – 1.18 (5) - .702 (10)

Classés confortablement au deuxième rang au début de la saison, les Padres étaient vus comme la seule formation assez talentueuse pour donner du fil à retordre aux Dodgers. Mais des premières moitiés décevantes de la part des partants Blake Snell et Chris Paddack compliquent les choses pour les Friars. L’alignement des frappeurs semble se replacer après un lent début de saison et devrait être une arme majeure dans le dernier droit.

6- WHITE SOX DE CHICAGO +99 (4) - .748 (8) – 3.62 (9) – 1.13 (15) - .689 (19)

La carte cachée de tous pour remporter le trophée du commissaire, les ChiSox ont été inconstants, subissant quelques séquences difficiles principalement causées par un enclos des releveurs chancelant et du mauvais jeu défensif. La rotation fait partie de l’élite et l’alignement est bourré de talent. En plus, la super-vedette Eloy Jimenez devrait être de retour en septembre.

7- A’S D’OAKLAND +25 (10T) - .718 (14) – 3.89 (11) – 1.28 (9) - .699 (13)

Fidèles à leurs habitudes, il n’y a aucune force ou faiblesse évidente dans cette équipe « Moneyball ». Cette défensive est meilleure que son 13ème rang ne l’indique et le candidat annuel au joueur le plus utile, Matt Chapman, est également supérieur au bâton que ne l’indique son OPS actuel de .725. Ils s’ennuient cependant de la solide contribution offensive et défensive que leur apportait Marcus Semien, mais un groupe de lanceurs sous-estimé mené par Frankie Montas et Chris Bassitt leur permettra peut-être de surprendre le monde du baseball.

8- BREWERS DE MILWAUKEE +49 (9) - .692 (22) – 3.50 (6) – 1.32 (16) - .714 (4)

Même genre de question que pour les Dodgers : que se passe-t-il donc avec Christian Yelich ? Le fait que le Brew Crew mène la Centrale sans la contribution surnaturelle habituelle de leur MVP doit être perçu comme un présage très positif pour le reste de la saison. Au monticule, les piliers Brandon Woodruff et Corbin Burnes mènent une rotation de premier plan et les succès de l’enclos sont assurés par les géants Josh Hader et Devin Williams.

LES ASPIRANTS…

9- BLUE JAYS DE TORONTO +79 (5) - .784 (2) – 3.97 (12) – 1.28 (12) - .696 (16)

Le cœur de l’alignement donne des maux de têtes aux lanceurs adverses. Vlad Guerrero Jr transporte cette équipe temporairement relocalisée vers de nouveaux sommets. L’arrivée et la performance brillante et surprenante de Alek Manoah a raffermi une rotation plutôt mince en talent. Les blessures à certains releveurs ont empêché les Jays de rivaliser pour la tête de la division, mais détrompez-vous, tout le talent élite est là pour leur permettre de se rendre jusqu’au bout s’ils se taillent une place dans le tournoi automnal.

10- YANKEES DE NEW YORK  +1 (15) - .722 (13) – 3.82 (10) – 1.16 (2) - .700 (12)

Méfiez-vous du géant dormant ! Trois éléments présentement absents du jeu des Bronx Bombers devraient bientôt faire d’eux la formation dangereuse que tous prévoyaient : une production typique de D.J. LeMahieu et Luke Voit ainsi que la chaleur de la mi-été qui aidera à propulser les balles hors du Yankee Stadium.  Gerrit Cole devra cependant retrouver ses moyens d’avant « scandale des substances gommantes » si les Yanks comptent faire du bruit en septembre et octobre.

11- METS DE NEW YORK +3 (14) - .676 (27) – 3.35 (3) – 1.31 (13) - .705 (9)

Les Mets sont la preuve vivante que le vieux dicton « The name of the game is pitching » tient toujours la route dans une division aussi âprement disputée que l’Est de la Nationale cette saison. Ils possèdent l’une des pires attaques du baseball, mais détiennent tout de même une avance confortable au sommet d’une division qui n’a pas de maillon faible. Jeff McNeil, Michael Conforto, et même Pete Alonso devront retrouver leur élan habituel si cette équipe tout-bras, sans-bâton espère faire un coup d’éclat en octobre.

12- RED SOX DE BOSTON +61 (8) - .757 (5) – 4.00 (13) – 1.37 (19) - .655 (30)

Vous vous demanderai peut-être comment je peux classer un meneur de division en-dessous de 3 équipes de sa propre division. Vous n’avez qu’à jeter un coup d’œil à leurs rangs au niveau de la MPM, WHIP de l’enclos et efficacité défensive pour obtenir la réponse. Avant le début de la saison, je classais les BoSox dans le dernier tiers des majeures, précisément pour cette raison. Un groupe de lanceurs très suspect et un jeu défensif affreux est loin d’être une recette gagnante et cette bonne fortune ne pourra pas continuer en seconde moitié de saison, même s’ils marquent beaucoup de points !

13- REDS DE CINCINNATI +5 (13) - .751 (8) – 4.48 (20) – 1.43 (26) - .689 (20)

Une autre équipe en lice pour la tête de sa division, mais qui ne pourra pas maintenir le rythme. Ils se classent dans le dernier tiers des trois catégories les plus déterminantes quant au succès en fin de saison et durant les rondes éliminatoires. Sonny Gray n’était pas l’ace dont ils s’attendaient, même avant sa blessure, on ne reconnait plus Luis Castillo et l’enclos très peu fiable. Le candidat au joueur le plus utile Nick Castellanos est le meneur d’un puissant alignement de frappeurs, seul brin d’espoir permettant aux Reds de rêver de rattraper les Brewers.

14- INDIANS DE CLEVELAND -28 (20) - .686 (24) – 4.48 (21) – 1.28 (10) - .696 (14)

Le Tribe n’a probablement pas assez de substance autour de Jose Ramirez et Franmil Reyes pour soit rattraper les White Sox ou obtenir le laisser-passer du Wild Card, mais il y a place à l’amélioration au sein de la rotation, où Shane Bieber et Zach Plesac (tout juste de retour d’un séjour sur la liste des blessés) n’ont pas encore atteint leur vitesse de croisière. L’enclos est solide.

15- CARDINALS DE SAINT-LOUIS -41 (21) - .677 (25) – 4.22 (16) – 1.42 (25) - .711 (5)

Voici un mystère total. Les Cards ont toujours été la franchise par excellence de la Nationale, capable de dénicher des trésors cachés et les faire éclore au sein d’un système de développement bien rodé. Maintenant, ils ont finalement un alignement tout-étoile rempli de vedettes comme Paul Goldschmidt, Nolan Arenado et Dylan Carlson parmi d’autres, mais occupent le 25ème rang au niveau de l’OPS. Il n’est pas trop tard pour la franchise au passé glorieux, mais les blessures aux deux meilleurs partants Jack Flaherty et Miles Mikolas pourraient bien nuire à leurs efforts.

PRÊTS POUR UNE LANCÉE MAGIQUE ? ...

16- NATIONALS DE WASHINGTON -4 (16) - .733 (11) – 4.04 (14) – 1.25 (8) - .711 (6)

Les champions de 2019 ne sont pas à négliger ! Juan Soto n’a pas encore produit à plein régime, mais montre des signes que sa campagne pour le titre du joueur le plus utile n’est pas morte, le retour de la liste des blessés de Stephen Strasburg est imminent, les Nats lancent et attrapent toujours aussi bien la balle que n’importe quel rival de l’Est de la Nationale, et cette division est à portée de qui veut bien aller la chercher.

17- ANGELS DE LOS ANGELES -26 (19) - .762 (3) – 4.97 (26) – 1.42 (24) - .678 (27)

Oui, Mike Trout devrait revenir au jeu en août, mais les Halos ne pourront jamais lancer ou attraper la balle assez bien pour pouvoir espérer rattraper les Astros ou les A’s.

18- BRAVES D’ATLANTA +16 (12) - .747 (9) – 4.26 (17) – 1.44 (27) - .695 (17)

Ils étaient sensé être classés 10ème, mais c’était avant la grave blessure au genou du favori pour remporter le joueur le plus utile, Ronald Acuna Jr. Ajoutez à cela un Marcell Ozuna blessé et ennuyé par des troubles judiciaires et ça résulte en moins de bons lancers à frapper pour le joueur le plus utile dans la L.N. l’an dernier, Freddy Freeman. L’enclos ne performe pas à la hauteur, alors une hausse de régime est à prévoir à ce niveau en seconde moitié, mais l’absence de leur ace Mike Soroka pour toute la saison laisse une seule option aux Braves : prier pour un miracle.

19- CUBS DE CHICAGO -15 (17) - .701 (18) – 4.05 (15) – 1.22 (6) - .709 (8)

Après un départ canon, un brusque retour à la réalité a frappé les North Siders. L’enclos, ancré par un Craig Kimbrel rajeuni, surprend par son efficacité, mais la rotation est trop faible pour leur permettre de rêver en cette fin d’été.

20- PHILLIES DE PHILADELPHIE -21 (18) - .710 (16) – 4.39 (18) – 1.40 (23) - .681 (25)

C’est la même vieille histoire pour cette franchise en détresse. D’année en année, la fiche ne reflète pas la qualité du talent disponible. La priorité doit être de résoudre le casse-tête perpétuel de l’enclos des releveurs.

21- MARINERS DE SEATTLE -54 (22) - .672 (29) – 4.50 (22) – 1.23 (7) - .695 (18)

L’enclos est fiable, mais un coup d’œil rapide sur le reste de leurs statistiques et on peut affirmer avec confiance qu’il leur sera pratiquement impossible de maintenir leur rythme actuel.

PEUT-ÊTRE L’AN PROCHAIN…

22- MARLINS DE MIAMI +25 (10T) - .675 (28) – 3.39 (4) – 1.17 (4) - .700 (11)

Avec un pareil différentiel, il serait facile de penser qu’ils ont des chances, mais avec la quasi-certitude que l’une des trois puissances de l’Ouest remportera le « Wild Card », la jeune formation au futur prometteur devra assurément attendre à la saison prochaine. Ils sont jeunes et talentueux au monticule, mais devront ajouter de l’étoffe à un alignement mené par le frappeur tout-étoile Starling Marte.

23- TIGERS DE DÉTROIT -67 (25) - .695 (20) – 4.65 (23) – 1.49 (28) - .689 (22)

Les Chats Sauvages sont beaucoup plus coriaces que prévu cette saison. Les bras semblent sur la bonne voie. Maintenant, il faut dénicher plus d’athlètes de qualité pour mieux armer l’alignement des frappeurs et compléter plus de jeux sur le losange.

… OU AU COURS DES 5 PROCHAINES ANNÉES…

24- ROCKIES DU COLORADO -57 (24) - .706 (17) – 4.72 (24) – 1.54 (30) - .689 (21)

Est-ce que cette nouvelle ère statistique et son « spin rate » leur permettra enfin de déterminer le genre de lanceur dont ils ont besoin pour assurer leur succès au monticule dans la « Mile High City » ?

25- TWINS DU MINNESOTA -69 (26) - .748 (7) – 5.01 (27) – 1.38 (21) - .681 (24)

L’alignement est toujours l’un des plus explosifs dans les majeures, mais ils sont complètement déboussolés sur la butte et en défensive. De loin la plus grosse déception de 2021 !

26- RANGERS DU TEXAS -53 (23) - .690 (23) – 4.48 (19) – 1.36 (18) – .686 (23)

Constamment médiocres à tous les niveaux. Par où commencer ?

27- ROYALS DE KANSAS CITY -87 (27) - .693 (21) – 5.04 (28) – 1.40 (22) - .672 (29)

Pour une franchise d’un petit marché qui doit s’appuyer sur la qualité de ses repêchages et de son système de développement, ils ont failli à la tâche trop souvent récemment avec leurs jeunes artilleurs espoirs. L’une des deux seules équipes à se classer parmi les 10 pires dans chacune des catégories statistiques.

28-DIAMONDBACKS DE L’ARIZONA -123 (30) - .677 (26) – 5.22 (29) – 1.51 (29) - .679 (26)

La seule autre équipe à se classer parmi les 10 plus faibles pour chaque statistique-clé, les D-Backs sont encore plus loin que les Royals d’un retour à la respectabilité.

29- ORIOLES DE BALTIMORE -120 (29) - .699 (19) – 5.53 (30) – 1.38 (20) - .676 (28)

Après une saison 2020 qui a démontré des signes de progrès, 2021 prouve que tout est à recommencer. Le jeune receveur et super-espoir Adley Rutschman est déjà le nouveau visage de la franchise, malgré qu’il n’ait pas encore foulé un terrain du Show.

30- PIRATES DE PITTSBURGH -116 (28) - .659 (30) – 4.78 (25) – 1.33 (17) - .696 (15)

En avant la vague jeunesse… Et vite !!!

Commentaires

Écrivez le premier commentaire...

Laisser un commentaire
* Votre adresse courriel ne sera pas publiée
En visitant notre site, vous acceptez l'utilisation des témoins (cookies). Ces derniers nous permettent de mieux comprendre la provenance de notre clientèle et son utilisation de notre site, en plus d'en améliorer les fonctions. Masquer ce message En savoir plus sur les témoins (cookies) »
Livraison gratuite à partir de 99$
1-855-686-0009 (Sans frais)
Livraison rapide
Retours facile